D&D3.5/Greyhawk

    Partagez

    fangorn
    Escogriffe
    Escogriffe

    Masculin
    Gémeaux Rat
    Nombre de messages : 1589
    Age : 44
    Localisation : A l'orée d'une sombre forêt...
    Emploi : Agent de recrutement pour la GMF (Guilde des Mercenaires de Faucongris).Vétéran de la bataille de Büchenbois.
    Loisirs : Chasse aux trolls, goblinologie.
    Citation : "Action point !"

    ASCPA-Les Griffons : Responsable de la Section Jeux de Rôles
    . :
    Réputation : 7
    Points : 4125

    D&D3.5/Greyhawk

    Message par fangorn le Dim 18 Déc 2011, 12:07

    Voici les joueurs, pour l'instant :

    Milamber Mulgarath, apothicaire magicien humain (Comicspyder)
    William Gardakan, prêtre de Saint Cuthbert humain (Minidrazgon)
    Miguel Sanchez Da costa Di Marcello, roublard humain (Demi-Boulet)
    Juan Sanchez Da Costa Di Marcello, guerrier humain (4LX)


    Milamber Mugarath et William Gardakan sont originaires de Morlonn, un petit village du Verbobonc.
    Miguel et Juan SDCDM sont originaires de Goryann, un petit village à la frontière Nord du Pomarj, sous contrôle orque.

    ça fait 4 joueurs, 2 de plus sont encore possibles.

    bounce


    _________________
    Plan A : on rentre discrètement dans le temple, on s'immisce incognito dans la foule des cultistes, et on s'empare du bien recherché à leur insu.
    Plan B : on rentre dans le tas et on les éclate tous !
    Par une mystérieuse loi de l'univers, ou une sombre fatalité, le plan A ne marche jamais.

    fangorn
    Escogriffe
    Escogriffe

    Masculin
    Gémeaux Rat
    Nombre de messages : 1589
    Age : 44
    Localisation : A l'orée d'une sombre forêt...
    Emploi : Agent de recrutement pour la GMF (Guilde des Mercenaires de Faucongris).Vétéran de la bataille de Büchenbois.
    Loisirs : Chasse aux trolls, goblinologie.
    Citation : "Action point !"

    ASCPA-Les Griffons : Responsable de la Section Jeux de Rôles
    . :
    Réputation : 7
    Points : 4125

    Re: D&D3.5/Greyhawk

    Message par fangorn le Lun 02 Jan 2012, 12:59

    Voici l'introduction de l'aventure n°0

    Les aventuriers : William Gardakan (Minidrazgon), Milamber Mulgarath (Comicspyder), Tordoc'h (PNJ) et Huwgh (PNJ).


    Le village de Morlonn, dans le Verbobonc, est en émoi. Jamais les Anciens du Village n’auraient cru une telle chose possible. Comment cela-a-t-il pu arriver ? Qui a osé ?
    Ces étrangers avaient pourtant l’air tout à fait amical. Il n’en passe pas souvent, des étrangers, au village. Morlonn est dans un fond d’un vallon, isolé, éloigné des autres hameaux. La tradition du pays veut qu’on accueille tout étranger selon les lois de l’hospitalité. Qui sait, après tout, il s’agit peut-être de dieux déguisés en humains ? Ah oui, ils avaient l’air bien honnêtes, ces deux-là, on leur aurait donné Saint Cuthbert sans confession. Le village avait même organisé une sorte de fête en leur honneur. Qui plus est, ils venaient de Faucongris, la cité des splendeurs, excusez du peu. Que se passe-t-il, là-bas, c’est-à-dire, dans le monde ? Car Faucongris, c’est le monde. Les deux étrangers avaient mille chose à raconter, mille aventures à narrer, tous les écoutaient, oreilles grandes ouvertes. Les jeunes mères donnaient la tété aux nourrissons sur place, pour ne pas en rater une miette. Les jeunes gens rêvaient, aux paroles d’aventures, d’exploits futurs, dans la Cité merveilleuse du gris Faucon. Même les vieux, certains briscards d’aventuriers en retraite, d’habitude blasés et revenus de tout, ne pouvaient s’empêchaient d’avoir l’œil qui brille. Certains avaient même la larme à l’œil, peut-être au souvenir d’une époque d’aventure révolue, et qui ne reviendrait pas. Les deux étrangers avaient conquis leur public. La soirée s’était terminée tard, avec pas mal de réserve d’hydromel entamée.

    Le réveil fut douloureux. Pas tant par l’après-cuite que par le choc de l’annonce : le Livre, le grand livre sacré, écrit par Ermold le sage, et consignant la généalogie des ancêtres du village, ainsi que leurs exploits guerriers contre les orques et gobelins, avait disparu. Ce Livre, non seulement était la fierté du village, le distinguant des autres hameaux du coin par un passé héroïque, mais était aussi le condensé de son histoire, toute sa mémoire, et son identité. Les portes de la chapelle de Saint Cuthbert avaient été probablement crochetées, et le livre volé. Les deux étrangers, eux, avaient disparu, sans laisser le moindre mot de remerciement, ni d’adieu.

    Certains hurlaient dans la rue, pleuraient et déchiraient leurs vêtements, en se lacérant les joues, et appelaient à la vengeance. On parlait de retrouver les deux mécréants, les deux roublards, et de les pendre, après leur avoir donné le fouet. D’autres accusaient le vieux fou de la montagne, banni depuis des années du village, pour sa pratique de sorcellerie noire.

    D’autres appelaient enfin au calme et à la raison. Le bourgmestre et le prêtre étaient de ceux-là. On réunit séance tenante tous les villageois pour délibérer de la décision à prendre. Partir à la recherche du livre ? Cela ne faisait doute. Mais qui le ferait ? Laisser ses affaires, sa famille, n’était pas chose facile. On sait quand on part, mais pas quand on revient. Si jamais on revient….

    Néanmoins, le courage et le désir d’aventure coulait toujours dans les veines de cette fière communauté. Tordoc’h, Le forgeron, qui a déjà deux grands fils, se porte volontaire. De même Huwgh, un fermier, solide gaillard au teint rouge et aux favoris blancs. Enfin, le jeune Milamber Mulgarath, et l’acolyte du prêtre, William Gardakan, sont volontaires pour partir. William Gardakan, avec l’accord du prêtre : celui-ci a un autre novice à former au service de Saint Cuthbert. Son absence ne sera donc pas nuisible aux services du culte. Quant à Milamber Mulgarath, un grand jeune homme, en surpoids adipeux, après avoir été formé pendant des années par le vieux sorcier du village, sent que celui-ci n’a plus rien à lui apprendre. S’il reste dans le village, il se sait condamner à végéter toute sa vie. Son métier d’apothicaire dans le village ne le contentait pas. Le vol du livre sacré est l’occasion ou jamais de montrer à tous qu’il n’est pas seulement le gentil apothicaire obèse du village. L’aventure, enfin ! Il embrasse ses parents, et leur dit au revoir. Ou peut-être adieu ?
    Milamber est un fils adopté. Un mystère plane autour de sa naissance. Quelle n’a pas été la surprise, il y a plus de vingt de cela, pour Owain Mulgarath, alors qu’il partait chasser le lièvre, de trouver un bébé dans une corbeille, dans un fourré entre deux chênes. Tous les soirs, depuis des années, Owain et Lucilla priaient Saint Cuthbert, et Béory, déesse de la fertilité, de leur donner un enfant. Cet enfant trouvé dans la forêt était un cadeau du ciel. Depuis, Milamber avait abusé des pommes de terre au beurre et de la tartiflette. Au désespoir de ses parents…

    William Gardakan, lui, après avoir embrassé ses parents, des fermiers du nord du village, reçu la bénédiction du prêtre. Avant le départ, celui-ci lui confie un objet merveilleux : une masse d’arme enchantée, par la grâce de Saint Cuthbert. Cet objet l’avait accompagné dans sa jeunesse, alors qu’il parcourait le Verbobonc, le Veluna, la Furyondie, le Bissel, le Ket, et les pays d’Ulek, par monts et par veaux. Elle lui avait sauvé la vie plus d’une fois. Désormais, c’était à son tour, à William Gardakan, de prendre dans sa main ferme cet objet sacré : pour la gloire de Saint Cuthbert, et l’honneur du village de Morlonn.

    En route !

    Comicspyder et Minidrazgon, j'attends toujours le scan de vos fiches de persos Parking Boulet


    _________________
    Plan A : on rentre discrètement dans le temple, on s'immisce incognito dans la foule des cultistes, et on s'empare du bien recherché à leur insu.
    Plan B : on rentre dans le tas et on les éclate tous !
    Par une mystérieuse loi de l'univers, ou une sombre fatalité, le plan A ne marche jamais.

    fangorn
    Escogriffe
    Escogriffe

    Masculin
    Gémeaux Rat
    Nombre de messages : 1589
    Age : 44
    Localisation : A l'orée d'une sombre forêt...
    Emploi : Agent de recrutement pour la GMF (Guilde des Mercenaires de Faucongris).Vétéran de la bataille de Büchenbois.
    Loisirs : Chasse aux trolls, goblinologie.
    Citation : "Action point !"

    ASCPA-Les Griffons : Responsable de la Section Jeux de Rôles
    . :
    Réputation : 7
    Points : 4125

    Re: D&D3.5/Greyhawk

    Message par fangorn le Lun 02 Jan 2012, 19:36

    Suite et fin de l'aventure n°0 :


    D’abord, où aller ? Chercher des traces, mais lesquelles ? Celles des deux étrangers ? Ou bien aller chez le vieux fou de la montagne, sur les monts Lortmil, et l’interroger ? Même s’il n’est pas le responsable de ce vol, peut-être pourra-t-il, par ses pouvoirs, aider nos quatre amis ? La compagnie décide d’abord de suivre les traces des deux étrangers. Huwgh, le fermier, a l’habitude de chasser, il saura suivre des traces.

    Leur quête les mène, finalement, nulle part, car au bout de deux ou trois jours, les traces disparaissent. Mais non loin de là, se trouve une grotte. Autant aller voir, on ne sait jamais. Ils allument des torches, et s’avancent en file indienne. Ils s’enfoncent dans un souterrain, prudemment. Mais le danger n’est pas devant, il est derrière. Une araignée géante tombe du plafond derrière eux. Et l’avant est bloqué par une toile géante. Courageusement, les quatre novices aventuriers combattent le monstre. Tous vont au contact de la bête répugnante, sauf Huwgh, qui tente le jet de pierre à la fronde. Mais chaque jet est un échec, peut-être à cause d’un bras tremblant. Finalement, le monstre est terrassé, non sans avoir piqué au passage Frère William Gardakan. Mais jet de vigueur contre le poison réussi, Saint Cuhtbert soit loué ! Milamber, par ailleurs, ne manque pas d’extraire les glandes de l’arachnée pour en recueillir le venin dans une fiole. Déformation professionnelle d’apothicaire, sans doute. Ou de magicien.

    Une fois la toile brûlée, les quatre aventuriers décident de s’avancer plus loin. Ils ne trouvent rien d’autre qu’un antre, rempli d’une dizaine d’araignées géantes, du même acabit que la précédente. Le mieux est de fuir, le plus vite possible !
    Une fois sorti de cet antre arachnéen maléfique, et comme les traces des supposés voleurs ont disparu, le mieux est d’aller demander au vieux fou de la montagne. Direction le Sud, vers les monts Lortmil. Tout en contournant les collines de Kron, car là-bas, le peuple gnome est en état d’insurrection contre la mainmise des humains de Véluna sur leur pays.

    Fouillant dans leur mémoire, le groupe se rappelle tous les racontars sur le lieu où peut se trouver le repaire du vieux sorcier. Après de nombreuses recherches, ils finissent par trouver. Mais à peine sont-ils entrés dans la grotte, qu’une voix venant de nulle part leur intime l’ordre de laisser leurs armes à l’entrée. Frère William, n’ayant aucune envie d’abandonner sa masse d’arme magique, refuse. De même Milamber. Conséquence : le clerc et le magicien sont paralysés, et seuls Huwgh le fermier, et Tordoc’h, le forgeron, peuvent s’avancer à la rencontre du vieux sorcier. Quelques temps après, qui a semblé une éternité aux deux paralysés, Huwgh et Tordoc’h reviennent vers le clerc et le magicien, avec les renseignements voulus. Ce sont bien les étrangers qui ont volé le livre sacré, et ils se sont réfugiés dans les collines de Kron. En échange de ces renseignements, Mandanak – tel est le nom du vieux sorcier - a demandé à ce qu’ils viennent tous les quatre à son service pendant un mois. Ne sachant trop que faire, Huwgh et Tordoc’h ont accepté. Et comment savoir si Mandanak dit la vérité ? Impossible. En tout cas, le vieux sorcier leur a demandé de dégarpir de chez lui en vitesse, et vu les pouvoirs magiques du personnage, il vaut mieux lui obéir. Ils sont simplement quittes à revenir, une fois le Livre retrouvé (s’ils le retrouvent), pour servir le vieux sorcier.

    Direction les collines de Kron, cette fois-ci. Tant pis pour les gnomes. Et d’ailleurs, se dit William Gardakan, si quelqu’un peut maintenant nous aider à retrouver les deux roublards, ce sont bien les gnomes ! Qui connait mieux le territoire des collines de Kron que les gnomes ? Même s’ils sont en état de rébellion, il y aura sûrement un moyen de parlementer avec eux, Frère William n’en doute pas. Autant s’installer un soir dans les collines, dans un petit coin agréable et sympathique, faire un bon feu, et attendre que les gnomes nous tombent dessus ! Au bout d’une heure ou deux, des petits points commencent à luire autour d’eux dans l’obscurité de la nuit, par dizaines, une centaine, peut-être ? Puis il s’avère que ces petits points sont des yeux, les observant. Frère William contient sa joie. Les yeux s’approchent, appartenant, cela ne fait aucun doute, à des êtres de petite taille. Sauf que ce ne sont pas des gnomes, mais des gobelins. Oh, misère ! Quelle erreur ! Une centaine de gobelins leur tombe donc dessus, et les fait tous les quatre prisonniers, après les avoir assommé.

    Ils se réveillent, dans l’obscurité. Ils sentent un courant d’air, autour d’eux. Ils ont les pieds attachés, ainsi que les mains derrière le dos. Milamber réussit malgré tout à lancer un sort de lumière, et ils voient qu’ils sont tous les quatre dans une hutte, et avec eux, les deux roublards recherchés sont là aussi, pieds et mains liées eux aussi. C’est le moment des explications. Les deux voleurs nient, mais peut-on les croire ? En tout cas, ils sont tous les six dans la même situation, prisonniers des gobelins, et ceux-ci sont prêts sans doute à les sacrifier à leurs hideux et horribles dieux.

    Puis, au bout d’un moment, ils entendent des bruits au dehors, les bruits d’une grande agitation. Comme Milamber et William comprennent l’orque (un dicton du village dit qu’il faut toujours connaître la langue de ses pires ennemis), langue voisine du gobelin, ils comprennent que les gobelins sont attaqués. Puis la suite leur confirme cette hypothèse : le village gobelin est bel et bien attaqué. Mais par qui ? Par quoi ?
    La réponse vient au bout d’une demi-heure. La porte de leur cellule s’ouvre avec fracas, et ils voient un guerrier gnome, de noble prestance, accompagné de deux soldats de la même race, entrer en vainqueur dans la hutte. Le chef gnome semble à peine surpris. Il observe les humains captifs, et avec un demi-sourire, leur dit dans un commun approximatif : « Les gobelins…on les a tous massacré. Ils viennent de connaître une défaite dont ils se rappelleront longtemps! ». Puis, l’œil sévère, il leur demande : « Qui êtes-vous ? ».

    Vient alors l’heure des explications. Les Morlonniens lui racontent leur périple. Le chef gnome, du nom de Schuppnof Ninguelling, gardera les deux roublards prisonniers, comme esclaves humains. Le livre sacré est retrouvé, dans le butin de guerre des gobelins. Schuppnof accepte de le rendre à nos quatre amis aventuriers, à condition qu’il garde pour lui, en contrepartie, en plus des deux roublards comme esclaves, la masse d’arme magique de Saint Cuthbert.
    Frère William est très embêté, et ne comprend pas. « Mais, si je puis me permettre, grand chef gnome, et sans vouloir vous offenser, cette masse d’arme est…euh… trop grande pour vous ».
    Mais Schuppnof ne veut rien savoir. Il s’en fiche, il s’en servira comme arme à deux mains. Et il estime qu’avoir un objet béni, même par un dieu humain, peut être bénéfique à la défense de son peuple.
    Accord conclu, non sans regret pour Frère William. Mais devant la possibilité de remettre enfin la main sur le livre, il faut hélas, faire ce sacrifice. Il remet la masse d’arme magique au chef gnome, et récupère le livre sacré de ses ancêtres.
    Puis nos quatre aventuriers s’en retournent, sans s’attarder parmi les gnomes. Ils ont compris que ceux-ci ne plaisantent pas, et qu’ils auraient pu aussi bien, si la négociation avait tourné court, se faire couper la tête par eux, aussi bien que par les gobelins. Et du reste, il n’y a pas eu négociation. C’est plutôt le chef gnome qui leur a fait grâce.

    En chemin, donc, vers le village, vers le Nord-Est, et sans traîner ! Quel accueil triomphal ne vont-ils pas recevoir !

    Mais ce n’est pas tout à fait terminé pour eux. Ils s’aperçoivent bientôt qu’ils sont suivis par des gobelins. Sans doute un reste échappé du massacre, et qui veut se venger sur eux. Les gobelins sont huit, et les rattrape rapidement. Le combat s’engage, à deux contre un, en défaveur de nos amis aventuriers. Quand le premier gobelin, tenant à la main une masse d’arme, fonce sur Frère William, celui-ci lance un sort d’injonction sur la créature goblinoïde, et tendant la main vers elle, lui donne un ordre, d’un seul mot : « donne ! ». Le gobelin, stoppé en plein élan, et dépossédé de sa volonté un court instant, comme un automate et sans réfléchir, donne sa masse d’arme à Frère William. Aussitôt, celui-ci fracasse le crâne du gobelin avec sa propre masse d’arme. Frère William boit du petit lait !
    Le combat tourne en faveur des aventuriers, et bientôt, tous les gobelins sont massacrés.

    Il ne reste plus qu’à revenir à Morlonn, en véritable héros, le livre sacré sous le bras.


    _________________
    Plan A : on rentre discrètement dans le temple, on s'immisce incognito dans la foule des cultistes, et on s'empare du bien recherché à leur insu.
    Plan B : on rentre dans le tas et on les éclate tous !
    Par une mystérieuse loi de l'univers, ou une sombre fatalité, le plan A ne marche jamais.

    fangorn
    Escogriffe
    Escogriffe

    Masculin
    Gémeaux Rat
    Nombre de messages : 1589
    Age : 44
    Localisation : A l'orée d'une sombre forêt...
    Emploi : Agent de recrutement pour la GMF (Guilde des Mercenaires de Faucongris).Vétéran de la bataille de Büchenbois.
    Loisirs : Chasse aux trolls, goblinologie.
    Citation : "Action point !"

    ASCPA-Les Griffons : Responsable de la Section Jeux de Rôles
    . :
    Réputation : 7
    Points : 4125

    Re: D&D3.5/Greyhawk

    Message par fangorn le Lun 15 Avr 2013, 19:51

    Une grosse envie de jouer à la 3.5, en fait.
    Et comme 4LX a laissé de côté sa campagne...hélas...

    Donc du coup, je me tâte pour relancer cette campagne, D&D3.5/Greyhawk.

    Quitte à mettre en stand by pour quelques temps la campagne AD&D2/RO (pas tout de suite, mais d'ici quelques temps).

    J'hésite... Neutral



    _________________
    Plan A : on rentre discrètement dans le temple, on s'immisce incognito dans la foule des cultistes, et on s'empare du bien recherché à leur insu.
    Plan B : on rentre dans le tas et on les éclate tous !
    Par une mystérieuse loi de l'univers, ou une sombre fatalité, le plan A ne marche jamais.

    Contenu sponsorisé

    Re: D&D3.5/Greyhawk

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:36

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Sam 03 Déc 2016, 10:36